l’art de comment gérer les mains et les pieds en équitation

Bon voila, je reprends l’équitation. Pour moi celle-ci se résume à peu de choses: un coup de talon pour faire avancer la monture, on tire un coup à droite ou à gauche sur les rennes selon la direction envisagée, pour le trot enlevé c’est pas compliqué on se lève et en s’assoie avec autant de délicatesse qu’un éléphant, pour le galop c’est debout sur les étriers parce que je ne sais pas faire autrement et enfin la technique de l’arrêt qui a fait ses preuves, on tire un grand coup dans la bouche du cheval jusqu’à ce que celui ci, de guerre lasse s’arrête. Tout cela evc les pieds en canard et les genoux sous le menton SVP avec les étriers remontés au max genre je suis au départ dune course sur l’hippodrome de Vincennes. Je trouvais un petit côté rassurant à cette position qui me donnait l’impression que quoi qu’il arrive mes étriers de me quitteraient pas . Et jusqu’à il y a peu, j’avais avec ces quelques éléments le sentiments de maîtriser les bases de l’équitation, que dis-je les bases, pour un peu je me serais estimée avancée dans mon niveau…..

Avec le recul, j’ai honte. Honte de mon ignorance, mais surtout de ce que j’ai fait subir à mes montures. Leur dos et leur bouche ont du en voir de toutes les couleurs mais j’ai péché par ignorance!!!

Maintenant je peut dire que je monte moins mal en tout cas suffisamment « moins mal » pour me rendre compte de tout ce qui me sépare à la fois du catastrophique et du bien.

D’abord l’assiette n’est pas faite pour les chiens. Elle sert pour l’impulsion, aussi bien que pour ralentir, voir arrêter le cheval, oui oui!!

Les mains oui mais avec deux grammes dans chacune et attention il faut savoir les désynchroniser, utiliser 4 doigts de l’une et 5 de l’autre, savoir se servir à bon escient d’une renne d’appui…..

Les jambes, pire que tout. On peux tout faire avec les jambes et le bassin, diriger, arrêter son cheval, le faire accélérer , lui donner de l’impulsion quoi! Jambe droit, jambe gauche encore faut-il ne pas se mélanger les pédales. Jambe intérieure à la sangle pour maintenir le cheval sur la piste, la même pour le faire tourner mais qui pourra se décaler si l’occasion se présente vers l’arrière pour lui pousser l’arrière-main. La jambe extérieure donnera l’impulsion si mon gros fainéant de frison reprend son rythme « cheval de trait « , oups là je m’emballe….. Il va sans dire que tout cela est réalisable sans trop de difficulté au pas, enfin avec beaucoup de concentration quand même, mais au trot c’est l’horreur!

A voir ma modeste capacité à décoordonner main droite et main gauche mais surtout jambe droite et jambe gauche, je me dis que j’aurais fais une piètre pianiste ou accordéoniste

Quand à savoir si je serai un jour une bonne cavalière…..

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply